REBELLES, Claude Luezior

Publié le par Mary

















Résumé :


La maladie d'Alzheimer ? de sa femme ; les incompréhensions avec son fils ; un monde où l'appât du gain prend le dessus. Que peut faire l'ingénieur Paul Renon face aux épreuves que la vie lui inflige ? Entre se résigner ou résister, Paul choisit de ne pas baisser les bras. Sous l'égide du co-inventeur du CD, il se battra jusqu'au bout pour réaliser son rêve : mettre au point une machine capable de produire des rouleaux de printemps à la chaîne... Petit miracle de l'utopie où les perdants ne sont pas toujours ceux que l'on croit...

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

Mon avis :

Tout d'abord une thème pas facile pour moi, connaissant la maladie de près et ses conséquences...
Ici nous sommes face à Paul, homme partagé entre son amour pour sa femme et ses désirs d'ambition. Le style est sobre, la maladie évoquée avec précaution, le premier plan est donné au personnage de Paul et à ses questionnements. Son ambition de créer une machine permettant de fabriquer des rouleaux de printemps est importante, il y tient malgré les problèmes qu'il peut rencontrer face à cette machine.

Comment la fabriquer pour la rendre efficace et  fiable ? Comment trouver le budget nécessaire pour mener à bien son projet ? De nombreuses interrogations qui seront présentes tout au long du roman, faisant du lecteur "l'associé" du personnage principal, celui qui veut pouvoir l'aider dans son affaire et comprendre la maladie de sa femme.

Je ne connaissais pas la plume de Claude Luezior jusqu'à la lecture de ce roman et je ne sais que dire. Je suis partagée pour ce roman, qui traîne vers la fin mais qui montre en même temps la maladie sous un jour nouveau, avec beaucoup de tendresse de la part du personnage de Paul pour sa femme.

Le personnage de Paul apparaît comme un personnage fort, partagé entre différents points de sa vie tous importants, qui essaye de mener cette vie en conciliant chacun de ces points.
Peut-être avais-je déjà des a priori quant à l'évocation de cette maladie... J'ai trouvé que celle-ci était néanmoins placée au seconde plan par rapport au désir de créer une machine.

Ma note : 6/10

Commenter cet article